Imprimer
Commentaires
Couverture pérenne des sols

Le tournesol, bon candidat à l’implantation d’une légumineuse pérenne

Publié le 14/04/2022 - 10:21

Le plus souvent, tournesol et luzerne sont semés le même jour en un seul ou deux passages. Crédit photo : M. Lecourtier/Média&Agriculture

L’un des principaux enjeux de la technique réside dans l’équilibre entre implantation du couvert pérenne et maintien du rendement du tournesol. Sans cela, Michaël Geloen, ingénieur de développement au sein de Terres Inovia et animateur du GIEE Magellan, estime que "la perte de rendement en tournesol peut atteindre 10q/ha. L’impact sur le rendement est le plus important lorsque la fin de cycle du tournesol se déroule en conditions sèches. La concurrence de la légumineuse sur l’alimentation en eau du tournesol pénalise le remplissage du grain."

À première vue, la pratique semble donc peu engageante, mais Thierry Desvaux, agriculteur membre de la Sep de Bord, l’estime prometteuse, car "nous observons de meilleures réussites de levée de la légumineuse sous couvert de tournesol qu’en association avec le colza". De plus, la culture de colza devient de plus en plus difficile dans de nombreuses régions en raison des conditions sèches récurrentes au semis et des insectes d’automne occasionnant toujours plus de dégâts.

Adapter le semis de la légumineuse

"Les rares situations où la concurrence sur l’eau de la légumineuse n’engendre aucun préjudice sur le rendement de l’oléagineux se concentrent soit dans les sols profonds avec suffisamment de réserve utile, soit si les conditions climatiques sont favorables au remplissage du tournesol, c’est-à-dire en l’absence de stress hydrique." Comme il est impossible de prévoir ce dernier scénario, mieux vaut anticiper le risque de concurrence dès le semis de la culture.

En cas de semis du tournesol et de la luzerne le même jour, il faut différencier les profondeurs de semis. Comme toutes les petites graines, la luzerne doit être semée très superficiellement, c’est-à-dire entre 0,5 et 1 cm de profondeur maximum, et subir un rappui juste après le semis pour assurer un très bon contact sol-graine. Le tournesol, lui, est plus adepte des semis à 3 ou 4 cm de profondeur. Impossible donc de semer les deux graines dans la même ligne de semis.

La légumineuse à la volée le plus tard possible

Comme la luzerne apprécie de ne pas être trop enterrée et que la semer en même temps que le tournesol engendre un risque de concurrence hydrique, Michaël Geloen propose de "décaler le semis de la luzerne après la levée du tournesol. Un semis à la volée, ou en même temps qu’un binage – au stade «limite passage tracteur». Si le semis à la volée est suivi d’une pluie, la réussite de l’implantation est assurée, tout en maintenant une densité de semis de l’ordre de 10 kg/ha".

Ce décalage du semis de la légumineuse peut également faciliter la gestion du désherbage de la culture principale. Comme dans toute association de culture, le désherbage se complexifie en présence d’espèces différentes. Le première règle est bien évidemment de réserver la pratique aux parcelles historiquement propres, préconise l’ingénieur de développement de Terres Inovia. C’est d’autant plus vrai qu'avec le tournesol, il n’existe pas de solution de désherbage totalement sélective des légumineuses pouvant lui être associées. Tout désherbage du tournesol a forcément un impact sur le développement de la légumineuse. De fait, Michaël Geloen avance "qu’il faut donc construire un programme de désherbage à la fois en choisissant bien les produits utilisés et en allégeant leur dose". À ce titre, il précise que l’herbicide Racer est à éviter absolument dans le cadre de cette pratique.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Culture Légumière
  • TCS
  • Viti Leaders