Imprimer
Commentaires
Pulvérisation

La qualité de pulvérisation ne se résume pas aux nouvelles technologies

Publié le 01/07/2021 - 15:45

La nature de la cible de la pulvérisation détermine la taille des gouttelettes nécessaire. © Brylynskyi/Adobe Stock

Les évolutions technologiques permettent d’améliorer la qualité de pulvérisation. Cependant, elles ne permettent pas de s’affranchir de la maîtrise des autres paramètres liés aux conditions climatiques, à la végétation, aux produits utilisés et à la taille des gouttelettes. Lors d’un webinaire, la société Artec, spécialiste en automoteurs de pulvérisation, est revenue sur les multiples paramètres qui influencent la qualité de la pulvérisation : 

  • les conditions météorologiques avec la nécessaire prise en compte de l’hygrométrie, de la température et de la vitesse du vent ;
  • la qualité de l’eau utilisée pour préparer la bouillie dont la dureté, le pH, la température et la conductivité ;
  • les caractéristiques de la plante : la taille idéale des gouttes diffère en fonction de la morphologie de la feuille (nervurée, poilue, avec une cuticule plus ou moins épaisse) ;
  • la formulation du produit et son mode d’action duquel découle le nombre d’impacts nécessaires à sa bonne efficacité. Prévoir entre 20 et 30 impacts/cm² pour un produit racinaire, 60 à 70 impacts/cm² pour un produit de contact et 40 à 60 impacts/cm² pour un produit systémique ;
  • la taille des gouttelettes : le risque de dessiccation est plus élevé pour une goutte de taille inférieure à 200 microns (micromètres). Elle s’évapore dans l’air et n’atteint pas la cible. Quant aux gouttes plus grosses (supérieures à 500 microns), elles sont plus sensibles à l’effet rebond et au ruissellement au sol ;
  • la vitesse d’avancement du pulvérisateur : plus elle est élevée, plus le volume et la pression sont à maîtriser.

Maîtriser d’autres paramètres par la technologie

Pour réaliser une pulvérisation de qualité, il est essentiel de limiter la dérive et le ruissellement et de répartir de façon homogène la bouillie sur l’ensemble de la surface de la végétation. Pour ce faire, il faut générer en continu la bonne taille de gouttes quelles que soient les conditions d’application à la parcelle. Avec son système Dynapulse, Artec permet à l’agriculteur de traiter avec une pression et une taille de gouttes constantes peu importe la vitesse d’avancement. Ce principe est rendu possible grâce à la fragmentation du faisceau de pulvérisation. Une fois la buse et la taille des gouttelettes sélectionnées, un système de régulation de pompe assure la qualité de pulvérisation. 

Une autre solution de pulvérisation proposée par Artec est le système Spot Spraying de Carbon Bee Agtech. L’objectif est de détecter les adventices et de contrôler en temps réel la pulvérisation. Pour Artec, l’enjeu est de réduire les IFT tout en préservant le potentiel de rendement pour l’agriculteur. Grâce à l’acquisition de données recueillies en différents lieux, l’intelligence artificielle est capable de comprendre le contexte de la pulvérisation. Les capteurs disposés tous les trois mètres sur le matériel permettent la prise de photos puis leur analyse. Le modèle décide ensuite de la pulvérisation à effectuer avec un temps de réactivité d’ouverture et de fermeture des buses très rapide, même pour une vitesse de 18 km/h.

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders