Imprimer
Commentaires
Maïs

La difficile protection des semis de maïs contre les corvidés et les géomyzes

Publié le 21/12/2021 - 15:07

Pour limiter l’impact des corvidés sur les semences de maïs, l’idéal est de grouper les périodes de semis dans le temps et dans l’espace. Credit Volodymyr/Adobestock

Les levées lentes de ce printemps 2021 ont exposé les maïs de façon prolongée aux dégâts de divers ravageurs, comme les corvidés ou les géomyzes. Lors d’un webinaire, Arvalis a énoncé ses préconisations pour limiter leurs dégâts.

Le traitement de semences reste la meilleure solution contre les corvidés

Les corvidés occasionnent des problématiques de plus en plus récurrentes dans différentes régions de France. Pour les semis 2022, Arvalis préconise l’utilisation du traitement de semences Korit 420FS (420 g/l de ziram). Il dispose d’une dérogation d’utilisation jusqu’au 30 avril 2022, en attendant une évolution européenne.

Dans ses essais et en situation à risque, Arvalis constate que ce traitement de semences répulsif est la meilleure solution, même si son efficacité reste moyenne.

D’autres modalités plus agronomiques ont été étudiées:

- la profondeur de semis: une préparation suffisamment rappuyée, sur 4 à 5 cm de profond, est essentielle. En effet, un sol trop soufflé facilite l’accès de la semence aux oiseaux;

- l’association avec des plantes de service (blé mélangé au maïs ou maïs seul): les résultats sont insuffisants, avec 50% des pieds de maïs attaqués;

- les techniques d’effarouchement et de tirs (selon la réglementation départementale): les services d’un fauconnier et l’utilisation de ballon effaroucheur restent difficiles à noter, car ils dépendent de la combinaison de plusieurs leviers;

- le traitement de semences Korit 420FS: sans ce traitement, les parcelles sont davantage atteintes.

En plus de ces conseils pour lutter contre les attaques de corvidés, Arvalis préconise aux agriculteurs d’éviter les semis décalés dans l’espace et le temps. En effet, des semis groupés diluent les risques sur toutes les parcelles.

Contre la géomyze, rien de mieux que le traitement de semences

Les dégâts causés par la géomyze s’observent sur plusieurs plantes consécutives dès le stade 3 feuilles du maïs. La feuille centrale apparaît desséchée. Attention à ne pas confondre ces symptômes avec les attaques de taupins ou d’oscinies.

Le Grand Ouest est particulièrement impacté par cette mouche. Suite à une enquête menée par Arvalis sur les attaques de géomyzes, la Fredon et la chambre d’agriculture de Bretagne ont mené une étude pour comprendre les facteurs environnementaux favorables à ces infestations. Celle-ci révèle que la présence de géomyzes est plus importante dans les parcelles abritées, qui se réchauffent assez vite, et à proximité de prairies. Le travail du sol et une fertilisation starter au semis n’ont pas d’effets significatifs sur cet insecte.

Pour 2021, le traitement de semences lumiposa (cyantraniliprole) a disposé d’une dérogation d’utilisation. Arvalis espère qu’il en sera de même pour les semis 2022, l’AGPM ayant formulé une demande pour la Bretagne, l’Orne, la Manche et les Pays de la Loire.

Différents partenaires sont réunis autour du projet GéoTrouvetou (2021-2023). L’objectif est de travailler sur les moyens de lutte contre la géomyze. Divers axes de recherche sont étudiés pour comprendre son fonctionnement, ainsi que les facteurs biotiques et abiotiques qui favorisent son développement.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders