Imprimer
Commentaires
Climat

Le nouveau site Awa projette concrètement les impacts du changement climatique pour les agriculteurs

Publié le 24/04/2020 - 11:17

Issu du projet européen AgriAdapt, coordonné techniquement par Solagro, le site Awa donne une visibilité concrète des changements climatiques des 30 années à venir et des mesures à prendre.

Parmi les 19 indicateurs agroclimatiques, 9 concernent les grandes cultures.

En ligne depuis quelques jours, le site Awa résulte des travaux de recherche européens sur les impacts concrets du changement climatique en agriculture. Cela se traduit par de nombreux indicateurs concrets permettant aux agriculteurs de faire évoluer leurs pratiques. Coordonné techniquement par Solagro, société d’ingénierie, de conseil et de formation en agroécologie, le projet qui s’appelle AgriAdapt a concerné aussi l’Espagne, l’Allemagne et l’Estonie. Durant trois ans, de 2016 à 2020, les chercheurs ont étudié et accompagné 120 fermes pilotes, essentiellement en grandes cultures et en élevage bovin. En France, 34 fermes ont été choisies, près de Toulouse et près de Châlons-en-Champagne.

Le changement climatique impacte déjà les agriculteurs, affirme Sylvain Doublet de Solagro qui a participé au projet. Pour qu’il devienne une nouvelle composante dans les stratégies de décision des producteurs, nous avons procédé en quatre étapes en laissant une large part à la pédagogie. C’est une démarche longue mais indispensable. 

Une adaptation à 34 fermes pilotes françaises

Les fermes pilotes ont donc cheminé d’une vulnérabilité inconnue à une vulnérabilité comprise. Puis elles ont pu passer aux pistes d’adaptation et enfin au plan d’adaptation. C’est ainsi que les historiques des événements survenus à la ferme ont été reliés aux accidents climatiques. Par exemple, les rendements de blé ont été mis en parallèle avec les précipitations et les jours chauds de mai-juin sur une vingtaine d’années. L’étape suivante a consisté à réaliser des projections climatiques (stress hydriques des céréales en mai-juin), d’en déduire les points forts (réduction du nombre de gel) et les points faibles (augmentation du nombre de jours chauds) du changement climatique. Ces projections dans le futur proche (30 ans) ont été faites sur toute la France selon une grille de 25kmx25km à partir de la base de données européenne Agri4cast.

Ainsi, relève Sylvain Doublet, 80 indicateurs agroclimatiques ont été calculés plus ou moins automatiquement dès lors que certaines données sont rentrées dans le programme de modélisation. 

Les enjeux consistent à s’adapter à une tendance de fond, insiste Sylvain Doublet, à résister à des conditions extrêmes de plus en plus fréquentes et à réduire la vulnérabilité à la variabilité interannuelle. Dans un premier temps, il ne s’agit pas d’introduire du tournesol ou du pois chiche dans le Nord mais d’adapter des pratiques pour que le blé puisse s’adapter aux nouvelles conditions climatiques.  

L’adaptation peut se réaliser à différentes échelles, comme diminuer les ressources rares et coûteuses puis substituer le maïs par le sorgho et enfin revoir complèétement l’assolement en introduisant de nouvelles cultures. Les nouvelles mesures indiquées par ces travaux sont déjà bien connues (diversifications des cultures, cultures associées, couverts végétaux, variétés plus adaptées, couverture des sols permanents…). Mais elles ont le mérite d’être classées en des stratégies de court, moyen et long terme.

9 indicateurs agroclimatiques en grandes cultures

Et, au fur et à mesure, des indicateurs agroclimatiques ont été mis en place en lien avec les scénarios établis par le GIEC.

Les changements climatiques s’effectuent à des pas de temps longs, explique Sylvain Doublet. Quels que soient les moyens mis en œuvre pour les limiter aujourd’hui, les augmentations de températures par exemple seront sur la même tendance durant les 30 prochaines années pour le scénario le plus optimiste comme pour le plus pessimiste. Nous avons donc opté pour le scénario intermédiaire. Créer des indicateurs agroclimatiques demande de prendre en compte une foule de données. Pour chaque ferme, 200000 d’entre elles ont été compulsées. 

 

En grandes cultures, 9 indicateurs ont été choisis dont l’échaudage, le risque de gel, la sécheresse, la difficulté de portance des sols lors de la récolte…

9 indicateurs ont été déterminés pour les grandes cultures dont l'évapotranspiration au printemps et en été

Pour chaque indicateur, le site Awa figure les résultats sous forme de courbes en lien avec le passé récent et le futur proche. Visuellement, on remarque d’emblée les impacts du changement climatique sur les critères sensibles du blé, du colza et des cultures estivales. Pour chaque système de culture et en fonction des mesures à prendre à court, moyen ou long terme, des mesures pratiques sont proposées. Outre les mesures d’adaptations, deux volets composent le site : les quizz (aspect pédagogique) et les rendements en lien avec le climat, des données sur une vingtaine d’années très claires et accessibles.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders