Imprimer
Commentaires
Marchés

Faudra-t-il s’habituer à des prix faibles ?

Publié le 08/12/2016 - 16:51

La commission européenne a publié un rapport mentionnant ses prospectives quant aux marchés des matières premières agricoles à l’échéance de 2026. En préambule, le rapport indique que le range de prix devrait rester pour les céréales dans la fourchette des 160 à 170 euros/t. Les années 2008, 2011, 2013 semblent bien loin…

Marchés : faudra-t-il s’habituer à des prix faibles ? © Pavel Ignatov/Fotolia

Le rapport indique que la consommation européenne de céréales devrait progresser d’environ 6% d’ici 2026, notamment en maïs pour l’alimentation animale. Les exportations de blé et d’orge devraient aussi continuer dans leur dynamique positive. Les stocks devraient se stabiliser sur des niveaux relativement bas.

La consommation des céréales en 2026 (source Commission européenne)

demande_cereales_europeennes_2026.jpg

À propos des oléagineux, la Commission européenne indique que là encore l’alimentation animale sera le principal driver du complexe oléagineux. Les choix politiques concernant la baisse des taux d’incorporation des biocarburants de première génération sont des facteurs d’incertitude. La Commission mentionne aussi le switch qui s’opère entre colza et soja, alors que les surfaces de colza reculent, les importations de soja continuent d’augmenter.

Les protéagineux encouragés par les réglementations environnementales ont connu un regain d’intérêt. Mais la Commission estime que la pression des prix sur l’alimentation animale pourrait stopper le développement des surfaces. Quand bien même, des hausses de rendements pourraient voir les volumes de cultures de protéagineux en hausse.

La Commission européenne estime en effet que les besoins en alimentation du bétail devraient croître sur la période de 2,9% et atteindre les 270 millions de tonnes. La faiblesse des prix devrait aussi être un facteur d’encouragement à l’augmentation de la production animale, sans oublier l’intensification des élevages dans les États qui ont récemment intégré l’UE.

Dans son rapport, la Commission tient à préciser qu’elle réalisait ses prospectives avec un scénario de continuité par rapport aux données agronomiques, économiques et politiques. Elle tient compte des traités de libre-échange récemment signés, mais n’anticipe pas ceux qui ne sont ni négociés ni signés. La fin de l’embargo russe en 2017 est lui aussi pris en compte. Concernant les prix du pétrole, la Commission anticipe une remontée progressive des prix pour atteindre en 2026 les 94 dollars/baril. Par ailleurs elle projette une hausse de l’euro face au dollar, à savoir une parité qui pourrait être de 1,22. Enfin elle précise que les scénarios envisagés sont non disruptifs et ne tiennent pas compte d’éventuels accidents climatiques quelque part dans le monde, ni de considérations géopolitiques susceptibles d’impacter fortement les marchés.

La tendance des prix des céréales à 2026 (source Commission européenne)

range_prix_cereales_2026.jpg

 

Accèder au rapport complet

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders