Imprimer
Commentaires
Ravageurs du tournesol

Des couverts pour réduire l’impact des oiseaux sur le tournesol

Publié le 06/04/2021 - 14:42

Sous couvert d'orge, le tournesol serait moins impacté par les dégâts d'oiseaux. © happyculteur/Adobe Stock

 

Corbeaux et pigeons sont une véritable plaie au moment des semis de tournesol. Pour éviter les dégâts, des travaux de recherche s’orientent vers la mise en place de couverts ou de bandes attractives pour attirer corvidés et autres colombidés.

Entre 2016 et 2018, les chambres d’agriculture de la région Centre-Val-de-Loire et la FDGeda du Cher ont mené des essais sur l’implantation de couverts pour leurrer les nuisibles. Les effets au moment du semis ont été concluants mais ces plantes associées peuvent vite concurrencer la culture du tournesol si leur gestion et leur destruction ne sont pas bien maîtrisées. Plusieurs types de plantes ont été testés : orge, fenugrec, féverole, lentille, trèfle d’Alexandrie, lin et seigle. Ces espèces ont été semées à différentes dates, entre 1 et 8 semaines avant l’implantation du tournesol et au moment du semis. Pour Matthieu Loos, conseiller et animateur à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, l’orge présente est intéressante pour sa rapidité d’installation. « Dans 50% des cas, même peu développée, elle offre une protection supplémentaire quelles que soient les dates de semis et de destruction. Les céréales au moment du semis de tournesol ne doivent pas dépasser le stade 3 feuilles. »

Les conseillers ont bien conscience que c’est une technique qui présente des contraintes supplémentaires pour les agriculteurs, elle nécessite une implantation particulière et une destruction chimique la plupart du temps.

Le projet Prevot, piloté par Terres Inovia, s’intéresse à la mise en place de bandes attractives pour les oiseaux. L’objectif est de leur fournir une nourriture plus appétente que le tournesol, principe du push-pull. « Nous travaillons sur le choix des espèces, les dates et les densités de semis, la largeur de la bande etc. Cette méthode pourrait être un moyen complémentaire à la surveillance des parcelles », explique Matthieu Loos.

Retrouvez l’article dans son intégralité dans le numéro d’avril de Cultivar.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders