Imprimer
Commentaires
Sondage

42% des agriculteurs ne se retrouvent pas dans l’offre politique du moment

Publié le 11/01/2022 - 11:41

Baromètre d'opinion des agriculteurs sur leur situation économique_octobre 2021. Credit herreneck/Adobe stock

Environ 30% des agriculteurs estiment que la situation économique de leur exploitation est bonne, soit un niveau au même point que celui avant la crise sanitaire. Toutefois, cet optimisme tout relatif est malmené par les difficultés liées notamment à la hausse des charges d’exploitation. C’est ce que révèle un sondage mené par l’Ifop pour la FNSEA.

Deux fois par an, l’Ifop réalise un sondage pour le compte de la FNSEA auprès des agriculteurs. Il rend compte de la perception qu’ont les agriculteurs de la situation économique de leur exploitation et de l’action gouvernementale. Ce sondage a été réalisé auprès de 1.513 exploitants entre le 2 et le 27 novembre 2021.

Dans le détail, 29% des agriculteurs interrogés jugent la situation économique actuelle de leur exploitation bonne à très bonne, un pourcentage en hausse de 7 points par rapport à octobre 2020. Par ailleurs, 46% des agriculteurs jugent la situation acceptable. Toutefois, un quart des exploitants jugent la situation mauvaise à très mauvaise. Et concernant leur avenir, ils sont 34% à anticiper une situation économique plus défavorable au cours des 2 à 3 prochaines années, un chiffre en hausse de 4 points par rapport au sondage réalisé en mars 2021.

Les principales difficultés pointées par les agriculteurs sont les charges d’exploitation, notamment. 38% du panel déclarent avoir rencontré des difficultés très ou assez importantes. Parmi eux, 60% pointent du doigt des difficultés liées aux charges d’exploitation (+16 points par rapport à octobre 2020), suivies par des difficultés liées au climat, puis aux réglementations environnementales et sanitaires.

Il est intéressant de noter qu’à l’égard du climat des affaires en France, 25% des agriculteurs sont optimistes, un chiffre en hausse de 9 points par rapport à l’année passée. Le corollaire, ce sont sans doute ces mêmes 25% qui estiment que les mesures, actions sur l’économie générale annoncées ou mises en place par le Gouvernement inspirent confiance. Ce qui signifie donc que 75%, à l’inverse, n’ont pas confiance. Et 83% d’entre eux estiment de plus que le Gouvernement ne prend pas en considération les préoccupations des exploitants agricoles. Enfin, 42% d’entre eux déclarent qu’ils ne se retrouvent pas dans l’offre politique du moment.

À l’occasion d’un point presse de la FNSEA qui s’est tenu le 11 janvier 2022, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a fait un bilan rapide du quinquennat d’Emmanuel Macron, à quelques semaines des prochaines élections présidentielles: "Nous avons connu deux temps distincts. Le premier déconsidérait les corps intermédiaires et prônait la « vuittonisation » de l’agriculture. Puis, depuis la crise sanitaire, le Président a fait le choix de la rupture, du pragmatisme et a inscrit l’agriculture dans les priorités du plan de relance et de France 2030. L’arrivée de Julien Denormandie aura été bénéfique, il a amené de la fraîcheur et du pragmatisme. Il prend les dossiers et il les clôt. Nous serons vigilants à ce que le prochain locataire de l’Elysée poursuive cette volonté."

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders