Imprimer
(2)
Agroécologie

2015 : l’an I pour développer des actions

Publié le 05/02/2015 - 09:38

 

15020_013.cpascal_xiclunamin.agri_.fr_0.jpg

Stéphane Le Foll parle de 2015 comme l’An I de l’agro-écologie. Le 30 janvier dernier, le ministre a rappelé le cap fixé pour l’agro-écologie : que la majorité des exploitations soient engagées d’ici 2025.  Mais pourquoi l’An I alors que des actions ont déjà été réalisées dans les années précédentes ? L’année 2015 marque la généralisation de l’agro-écologie avec tous les outils disponibles. Cela s’inscrit dans la continuité de la loi d’avenir et de la nouvelle réforme de la Pac.

Le ministre de l’Agriculture a mis en avant l’approche système afin de combiner différents mécanismes : réduction de phyto, rotation des cultures, préservation des sols… « Entre ceux qui veulent plus d’environnement, d’agriculture biologique et ceux qui sont engagés dans le conventionnel, on veut ouvrir un autre paradigme de débat, d’approche et de perspectives, stipule Stéphane Le Foll. Ce nouveau paradigme, cet espace pour les agriculteurs, il faut le construire ensemble. » En effet, le collectif est une des valeurs défendues par le ministre. Tout comme garder à l’esprit la performance économique des exploitations françaises.

Quelles sont les actions qui seront déployées ? Les démarches pionnières et anticipatrices de ces grands enjeux ont été repérées et répertoriées. La V2 d’Écophyto diffusera et communiquera sur ces connaissances acquises et sur ces itinéraires techniques.

Un outil de diagnostic sur l’agro-écologie sera disponible au 2e trimestre 2015. « Chaque agriculteur pourra évaluer ses pratiques, et savoir où il se situe sur la réduction des phyto, sur la conservation des sols, sur  le développement des auxiliaires aux cultures, sur la protection de l’eau, sur la biodiversité. Chacun pourra comparer sa performance par rapport à chaque système et dans chaque région », détaille le ministre.

Le collectif

La dynamique collective sur les territoires va continuer. 15000 agriculteurs sont d’ores et déjà mobilisés. Le Casdar a déjà financé 103 préfigurateurs de GIEE. Stéphane Le Foll a annoncé que les 400projets régionaux non retenus lors du premier appel à projet sur la mobilisation collective sont en cours de mise en œuvre. Les GIEE seront donc développés avec le lancement des autres projets et avec le soutien de leur animation. Les différents fonds, Feader, régions, et européens, seront sollicités.

En ce qui concerne l’enseignement agricole, certains référentiels ont déjà été modifiés. Le BTS Acse intègre la démarche agro-écologique. À la rentrée 2015, ça sera le tour du Capa, et en 2016 du bac professionnel. « C’est tout un apprentissage, signale le ministre. L’enseignement agricole est en train de prendre ce rythme. C’est important car c’est là que l’on forme les futurs agriculteurs. »

 

Commentaires

bonjour

pourriez vos svp préciser une phrase de votre article. vous dites que le ministre aurait annoncé que les 400 projets régionaux non retenus sur le mob col pour agroécologie sont en cours de mise en oeuvre. ceci me semble ou nouveau ou pas exact. en vous remerciant par avance. cordialement

Bonjour,
Je vous confirme que le ministre de l’Agriculture a bien annoncé la mise en œuvre des dossiers non retenus dans le cadre de l’AAP mobilisation collective. Le matin même de cette annonce (30 janvier), c’est le directeur régional de l’Agriculture, qui représente les Draf, qui l’a indiqué.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders