Imprimer
Commentaires
Consommation

La filière céréalière vent debout contre E. Leclerc et sa baguette à 0,29 euro

Publié le 13/01/2022 - 10:17

Polémique autour du prix de la baguette proposée par l'enseigne E. Leclerc. Credit monregard/Adobe Stock

Fidèle à sa politique de soutien au pouvoir d’achat, "chez E.Leclerc, vous savez que vous achetez moins cher", l’emblématique Michel-Édouard Leclerc, PDG de l’enseigne éponyme de grande distribution, a annoncé qu’il lançait une campagne de communication sur la baguette à 29 centimes d’euro pendant six mois sur l’ensemble de ses magasins.

Cette annonce a déclenché l’ire des professionnels et de toute la filière céréalière. À l’occasion de ses vœux à la presse, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a déclaré: "C’est une honte, et de rajouter, cela en dit long sur la marge qu’il se faisait avant, s’il est capable de baisser autant le tarif", alors qu'elle l’accuse surtout de mentir et de vendre à perte.

Dans un communiqué publié le 12 janvier, l’AGPB, Intercéréales et l’Association de la meunerie française ont réagi à leur tour, accusant l’enseigne de lancer "une campagne destructive des valeurs pour tous les maillons de la filière céréalière française" et se justifient: "Alors même que les cours des céréales, et par conséquent de la farine, connaissent des prix élevés, que les coûts de production (énergie, salaires, etc.) progressent fortement et que la moyenne des prix de la baguette, en France, selon l’Insee, est de 90cts, le groupe E. Leclerc annonce des prix volontairement destructeurs de valeurs."

La filière précise que, dans ces conditions, elle s’interroge sur les prix pratiqués par l’enseigne et se demande qui peut en vivre dignement et sur quels produits vendus aux consommateurs les magasins E. Leclerc compenseront cette vente.

Interrogé par "Capital", Michel-Édouard Leclerc estime que ce prix correspond au prix moyen d’une baguette premier prix, et précise: "Dans un contexte où tout augmente et tout va augmenter, nous avons voulu donner un signal que E. Leclerc fera en sorte que les prix restent accessibles pour les consommateurs."

Alors que le législateur travaille, non sans mal, à rééquilibrer les rapports de force entre les producteurs et les distributeurs, afin de garantir des prix rémunérateurs pour les agriculteurs, notamment à travers la loi Egalim, on sent bien qu'il reste encore du pain sur la planche !

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Culture Légumière
  • TCS
  • Viti Leaders