Imprimer
Commentaires
Chine

Le soja ou la contradiction chinoise

Publié le 14/04/2015 - 13:09

La Chine concentre 20% de la population mondiale mais moins de 20% des terres arables. Depuis quelques décennies l’empire du milieu est le fruit de multiples spéculations quant à sa propre capacité à nourrir ses quelque 1,3 milliard d’habitants. « Prisme », la note de conjoncture Agricole et agroalimentaire du Crédit Agricole du mois d’avril propose un focus sur le pays et détaille notamment les nombreux défis en matière agricole qu’elle a à relever et les inflexions du pouvoir politique pour mener le pays sur les voies de la sécurité alimentaire.

soja_chinois.png

En termes de défis, la note relève que les surfaces arables disponibles sont rongées par l’accroissement de l’urbanisation, un taux de 60 à 70% attendu en 2020, l’industrialisation et la dégradation des sols. Il est mentionné que « le seuil de 120 millions d’hectares de terres cultivées est considéré par les autorités comme le chiffre stratégique en dessous duquel il ne faut pas descendre ».

Importations croissantes de soja

Par ailleurs, on notera que l’autosuffisance recherchée par les autorités est assurée pour les céréales (blé, riz, maïs), mais à cause des crises environnementales (pollution, manque d’eau), et des changements des modes de consommation qui accroissent la demande, le déficit extérieur ne cesse de se creuser en partie à cause du soja « Le déficit en soja a augmenté progressivement et atteint 80% de la consommation dans le pays ». Certes, les exportations, notamment celles à forte intensité de main-d’œuvre (fruits, légumes) augmentent, mais les importations croissent bien plus vite

La note parle ainsi de « contradiction de la politique agricole chinoise » dans le sens où le pays est déficitaire en protéines végétales et que la culture du soja permettrait à la Chine de réduire sa consommation d’engrais azotés (compte tenu de la capacité du soja à fixer l’azote atmosphérique). « Depuis 2000, la consommation en engrais azoté a augmenté de 50% tandis que les surfaces cultivées sont plutôt en réduction. » Mais aujourd’hui en Chine les dispositions en matière de protection du marché ne limitent pas l’importation de soja comme les céréales. Ainsi 40% des flux mondiaux de soja vont vers la Chine ou 65% si on se limite à la graine qui constitue le principal mode d’achat du pays. 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders